mercoledì, settembre 27, 2006

"Est-ce possible qu'une ville aussi sale, aussi turbulente ait une âme aussi grasse, aussi bonne, aussi chaude ?"
Tahar Ben Jelloun

Turbulente, le mot est faible ! J'ai l'impression que tout les clichés sur l'Italie viennent d'ici : le linge qui pend aux fenêtres, les mamies sur leur chaise devant leur porte, les tables installées à même le trottoir pour jouer aux cartes, les enfants sur des mini-vespa, des icônes religieuses couvertes de fleurs dans les coins des rues ... Les feux et les panneaux de circulation ne sont ici que du mobilier urbain et on voit passer des familles entières sur leur mobylette (sans casque) devant des carabinieri impassibles.

Pour ceux qui l'auraient remarqué, on ne dit pas il blog del marion mais il blog di marion. Je me trompe tout le temps et ça fait beaucoup rire certains, alors bon tant pis je ne changerais pas l'adresse de mon blog. (j'écris en tout petit, jai honte)

5 commenti:

Kokori ha detto...

C'est bien bô de nous décrire la ville de Naples, même si on arrive parfaitement bien à se l'imaginer après ta super description :), mais on voudrait des photos maintenant! Un blog c'est fait pour ca nan? ;)
Bisous

Marion ha detto...

vouiii je sais .. mais voilà, primo je vais sur internet dans les cybercafés ou la fac donc c un peu chiant de mettre ses photos. deuxio jen ai pas fait des masses encore parce que j'ose pas sortir mon appareil dans les quartiers espagnols. Mais finalement nous allons avoir internet chez moi donc ça va venir !
et promis j'en mets la prochaine fois que je me connecte, parce que c'est vrai que ça commence à faire beaucoup de texte. Mes ptits bébés vous voulez des images hein ? :)

Anonimo ha detto...

on est pas des bébés :)

un anonyme dont personne ne pourra jamais deviner le nom.

Vincent ha detto...

Salut salut.

On connait tous bien sûre Tahar Ben Jelloun, (bien sûre du moment qu'on a google on peut :) ). Donc depuis le temps que je connais tahar (environ 10 minutes) je me demandais qu'est ce qu'il foutait à Naple. Donc pour ceux qui comme moi comprene la citation mais pas qui s'est. Tahar ben jelloun est un poête, écrivain, essayiste marocain (1944 -- 1/12) apparement ces deux derniers livres : << l'auberge des pauvres >> et << labyrinthe des sentiments >> prenne Naple pour décor (ça je suis pas sûre mais son premier amour serait mort là-bas).
Je crois que d'ailleur marion m'en avait parlé :)

enfin voilà avec google alors que j'étais censé passer pour un ingnare et bien je me ratrape. Marion plus d'infos sur ces bouquins pleazeee est ce que tu reconnais les descriptions du livre ? (des que j'ai un peu de tps j'essaye de jetter un oeil sur du ben jelloun)

marion ha detto...

euh oui moi j'ai trouvé cette citation dans un bouquin sur Naples, elle vient de "L'auberge des pauvres" qui se passe effectivement à Naples.
Mais t'affoles pas je l'ai pas lu et j'ai pas l'intention de le lire tout de suite lol c'était juste une phrase que je trouvais assez vraie.
Par contre faut que tu lises Harry Potter ignare va :) hihi