lunedì, novembre 27, 2006

Amalfi

Ce samedi, première sortie sur la côte Amalfitaine. Après une bonne heure de train jusqu'à Sorrento, Floraine, Magali et Maria-Jesus (Espagne) et moi embarquons dans le car direction Amalfi. En réalité il est beaucoup plus rapide de prendre le train jusqu'à Salerne puis de revenir jusqu'à Amalfi plutôt que de longer toute la côte depuis Naples, mais nous l'ignorons et en conséquence nous passons un peu plus d'une heure et demie le teint verdâtre à cause des virages et de la conduite sportive du chauffeur ! Ce que je regrette pas une seconde étant donné le paysage ..


La côte Amalfitaine est réputée pour être l'une des plus belles du monde, et je le crois volontiers. Une côte rocheuse, découpée, une falaise qui tombe dans la mer bleue, des villages perchés sur le flanc des montagnes. Nous passons le temps du voyage le nez collé à la vitre, fascinées, le coeur qui bat parce que à 1 m du car c'est le vide et en même temps un peu malades à force de virages ... Madonna que c'est beau !


photos prises à travers la vitre du car, mais comment rendre la magie de l'endroit ? vous n'avez qu'à venir me voir ..

Une fois à Amalfi, le temps de se remettre de ces émotions avec un caffe, nous pénétrons dans la cité. Amalfi est en fait une ancienne république maritime indépendante. La cité commerçait avec toute la méditerranée, principalement avec l'Orient, et était, du IX au XII siècle, une puissance maritime reconnue. Au XII siècle, elle est prise par le roi Roger II de Sicile et commence son déclin. C'est aujourd'hui un petit port de pêche et surtout le centre touristique et balnéaire de toute la côte. Nous avons la chance de pouvoir éviter la saison touristique, mais c'est vrai que les hôtels de luxe se succèdent tout le long et que mon caffe, soit dit en passant imbuvable, m'a couté 2 euros ! Mais tant pis, le lieu reste magique, un mélange de cultures méditerranéennes, des minuscules ruelles en escaliers toutes blanches (ma petite maé je me suis crue dans tes paysages marocains), et la cathédrale !!

La cathédrale, orientale au possible

Il est effet possible de pénétrer, pour la modique somme de 2 euros 50, dans le jardin d'Eden : le cloitre voisin de la cathédrale, le bien-nommé jardin du paradis ! Cet exeptionnel endroit nous ayant inspiré quelques réflexions philosophiques sur la notion de paradis, nous devons bientot reprendre la visite car notre amie Maria-Jesus, ou plutot Speedy Gonzalez, à déjà pénétré dans la cathédrale.


Massimo, petit chenapan, reviens ici tout de suite !


Et euh, toi Floraine, t'en penses quoi du paradis ?

Speedy moi et Magali

Nous traversons la cathédrale plutôt rapidement, ainsi que la crypte qui contient la dépouille de St André ( je suis désormais bénite par le 2ème apôtre de Jésus, pêcheur de son état), un peu trop rapidement d'ailleurs au goût du gardien qui entreprend de nous expliquer l'histoire du lieu :) Molto gentile mais il est l'heure d'aller tester les pâtisseries locales. (spécialisées dans le citron)


Lesquelles seront dégustées (englouties, dira Speedy Gonzalez) sur la plage les pieds dans l'eau face au soleil couchant, pour ensuite finir la journée à se balader dans les ruelles de la cité.

giovedì, novembre 23, 2006

Les dessins de Verity

Un exemple des petits dessins de Vee qu'elle accroche un peu partout chez nous ..



traduction :

AVANT L'ANNEE ERSMUS, Lukas, Rebecca, Mariantina, Verity et Jette habitaient ensemble à Naples. C'était merveilleux mais ..

APRES L'ANNEE ERASMUS (et plein de pizzas, de pates ..) c'est terminé ! La nourriture italienne ...

et je ramène de la mozzarella di buffala à Noel au premier qui me reconnait sur le dessin ! facile hein .. :)

santa maria capua vetere

une petite soirée entre copines à Santa maria, chez Philippine. Petite précisions : Phil et Marie sont des françaises qui sont à la fac non pas à Naples, mais à Santa Maria, près de Caserta, à environ 1h de Naples. A première vue c'est pas franchement terrible de faire son Erasmus dans une petite ville un peu morte, mais elles viennent souvent sur Naples et elles peuvent etre tranquilles quand elles le veulent ! Bref ce fut soirée fondue : Floraine, Marie, Phil et moi.


trouvé le journal à la gare, petite séance lecture dans le train .. N'ayons pas peur des idées neuves ! hum


La fondue !

copiiiiines !! Phil, Flo, moi et Marie

C'est bon les ptits suisses :)


quand je pense qu'il va falloir se lever pour retourner à Naples ..

giovedì, novembre 16, 2006

Naples la violente ?

Je suis tombée par hasard sur un journal français, et j'ai découvert que Naples avait fait la Une de Libé ! Malheureusement pour de mauvaises raisons .. Alors pour ceux qui s'inquiètent pour moi ( ça me plait de penser qu'il y a des gens qui s'inquiètent pour moi), deux-trois précisions.

Primo Naples est bel et bien une ville dangereuse. On ne rentre pas seul le soir, on ne prend pas de sac à main, on ne prend ni sa carte bleue ni sa carte d'identité tant qu'on peut l'éviter, et on essaye d'avoir toujours 10 ou 15 euros sur soi pour contenter un éventuel agresseur. On évite certaines rues, certains quartiers (j'avoue que meme en journée, la Sanita, je n'irai pas toute seule). Si c'est possible, on se fait raccompagner en voiture, ou on dort sur place, ou on rentre à plusieurs (quand je dis plusieurs c'est pas moins de 5). Cela dit, je pense qu'en respectant toujours ces règles il n'arrive rien. Les fois où j'ai voulu rentrer quand meme pour dormir dans mon lit, j'ai toujours eu des problèmes. Des petits problèmes, mais qui vont font comprendre qu'il y a une chance sur 2 pour que cela finisse mal : toutes les voitures s'arretent, une bouteille explose à un mètre de moi, ou encore une voiture qui s'arrete, un mec en sort et essaie de tirer le sac d'une amie .. Du coup maintenant je fais attention, comme tout le monde, comme les napolitains.

Secondo : le début d'une nouvelle guerre des clans ? Effectivement il ya eu 13 morts en moins de 10 jours à Naples, Prodi et divers ministres sont descendus et ont multiplié les déclarations, le nombre de policiers a triplé, on voit passer de plus en plus souvent des hélicoptères qui survolent la ville. Il parait que Prodi a envisagé d'envoyer l'armée ! Visiblement dans certains quartiers il y a eu des affrontements entre les forces de l'ordre et les habitants qui protègent les leurs.
Cela dit, cela ne me concerne pas. J'habite dans le centre historique, le quartier le plus sillomé par les carabinieri qui l'ont "pacifié". Les endroits vraiment dangereux sont ceux du Nord de la ville, Scampia ou Secondigliano. En France on appellerait ça des cités, à la différence près qu'elles appartiennent à la commune de Naples. J'y suis passée plusieurs fois en bus, et pour rien au monde je n'aurais voulu descendre ! J'ai lu dans le journal que 25% des familles de la région vivent sous le seuil de pauvreté : une crise sociale, une crise économique qui relancent les activités mafieuses. Dans le meme temps, l'aggravation de la crise et le nombre important de familles, de parrains, de clans, font que la Camorra relache son emprise et que les guerres recommencent. Pour certains, c'est aussi "l'amnistie Prodi" votée il y a quelque mois, la remise en liberté de plusieurs milliers de mafieux, qui redonne un sentiment d'impunité aux clans.

C'est cela aussi Naples : c'est pauvre, c'est sale, c'est violent, c'est chaotique. Comme me disait Thierry : "On se demande comment ils vont s'en sortir, c'est pas fini pour eux", et c'est exactement l'impression que j'ai. J'ai croisé quelques fois des stands d'associations anti-Camorra Via Roma, mais j'ai aussi vu un homme les mains autour du coup d'un vendeur de rue en plein sur le cours Umberto, l'une des plus grandes avenues de la ville, sans que personne ne se retourne ! C'est la règle : tete basse.

Mais comme je n'ai pas encore tout à fait intégré les familles mafieuses, les guerres ne me touchent pas ! Nous restons de petits étudiants erasmus à 100 lieux de tout ça.

et un article sur le blog du papa ...

i vigili del fuoco

Appel désespéré de Rebecca hier après-midi : "Marion viens m'aider je suis coincée devant la porte de l'appart ma clé ne marche plus !!" Nous sommes arrivés les uns après les autres, et quand nous nous sommes retrouvés tout les 6 assis devant notre porte toujours close, après avoir appellé Onofrio (le proprio) une bonne centaine de fois, Mariantina et Verity sont allées frapper chez les voisins. L'un d'entre eux a réussi à passer chez nous en grimpant de balcon en balcon, mais comme il ne réussissait pas non plus à ouvrir la porte de l'intérieur, il a appellé les pompiers ! Et en vrai bon italien, il leur a expliqué que nous avions un enfant en bas-age seul à l'intérieur et qu'il fallait arriver presto presto. Ben oui, "Sinon vous allez attendre des heures".

Mariantina (au tel), Rebecca et Verity (qui fouille dans son sac) ainsi que les pieds de Lucas, à droite. Nous avons passé 3 heures devant cette porte !

Lucas tristounet, Jette qui tente une dernière fois d'ouvrir et Rebecca qui commence à prendre son parti de la situation :D

Comme nous n'avons pas de bail, nous ne sommes pas censés vivre ici (En Italie un bail pour 6 personnes nécessite une licence de Motel - C'est pour ça qu'il n'y a pas mon nom dans mon adresse), du coup on est allés manger une pizza en attendant. (Il faudra que je parle de la pizzeria di Matteo, mais il parait que je parle trop souvent de nourriture ..)

Verity et Mariantina sont restées pour attendre les vigili del fuoco. Ceux-ci sont arrivés avec plusieurs véhicules, tout un tas de matériel, des sirènes dans tout les sens .. Tout l'immeuble, que dis-je, tout le quartier est bien entendu venu voir ce qui se passait. Une soixantaine de personnes dans la rue, autant dans l'immeuble, tout le monde aux fenetres .. La rumeur a enflé (une gamine m'a demandé encore ce matin si c'était vrai qu'il y avait eu un bébé mort), et les pompiers ont finalement fait preuve d'un courage hors du commun en défonçant notre porte !
Au milieu de tout ça, Verity et Mariantina, plus rouges encore que des pizzas, expliquant aux pompiers qu'il n'y avait pas de bébé enfermé mais que la porte s'était juste coincée !

Ceux qui me connaissant savent que j'ai tendance à raconter les histoires sur un mode un tout petit peu exagéré parfois hum. Oui oui mon père vient du sud et j'ai une grand-mère italienne, mais JE VOUS JURE que ceci n'est pas tiré d'un film burlesque et que je n'ai rien rajouté aux faits !!

Je vous explique pas la tete d'ONOFRIO quand on lui a raconté et quand il a compris qu'il n'y avait plus de porte d'entrée ! Heureusement Jette lui a servi un petit verre de vodka, le pauvre. Notre proprio est un mec d'une trentaine d'années, très sympa, un peu barge parfois. Un jour il a voulu installer une 2ème salle de bain dans notre cuisine et transférer celle-ci dans le salon, il a fallu déployer des trésors de persuasion pour lui faire comprendre qu'on en avait pas besoin et qu'on voulait pas de travaux chez nous ! Du coup pour se consoler il refait le salon en se moment ! Non là j'exagère :) c'est nous qui lui avons demandé, je regrette d'ailleurs de pas avoir pris de photo du papier peint le plus moche du monde.

Onofrio couvert de poussière

Tout ça pour dire qu'il a déplacé le canapé devant la porte d'entrée et s'est installé dessus pour la nuit. Il est impensable ici de dormir la porte ouverte, surtout après que tout l'immeuble ait vu que notre porte ne fermait plus. Cette nuit mon appart était assez folklorique : le salon en chantier, de la poussière partout, des débris de porte et Onofrio endormi sur le canapé dans l'entrée !

lunedì, novembre 06, 2006

promenade au Vomero

ahh première grande balade, je suis réparée, je peux vadrouiller comme avant ! J'ai passé mon samedi au Vomero : la ville Floridiana, la chartreuse de san Martino et enfin le coucher de soleil vu de la place d'armes du castel Sant'Elmo, autrement dit le toit du chateau.

La villa Floridiana et son grand parc surplombent la mer. C'est le cadeau de Ferdinand 1er à son amoureuse, la duchesse de Floridia .. C'est en effet un endroit très romantique, rempli de couples main dans la main qui regardent la mer .. Bon moi j'étais toute seule :(

Les VRAIS romantiques remarqueront Capri, masquée par la brume de la mer ..

Ensuite, en vraie bonne touriste, je passe à la Chartreuse de San Martino, en dessous de Sant'Elmo (remplie de touristes français). De beaux cloitres, une collection des santons : les célèbres crèches napolitaines ! J'avoue que celle-là sont très belles, meme si c'est pas forcément quelque chose que j'aime beaucoup à la base. Tout les métiers sont représentés, j'ai meme cru reconnaitre l'une de mes voisine dans une poissonnière hum .. mais pas le droit de prendre de photos !

Et enfin le jardin personnel du prieur, je dois dire que ça donne envie d'entrer dans les ordres !


Et enfin coucher de soleil sur les iles ..


orto botanico

Après un quiproquo et un rendez-vous manqué je me suis retrouvée toute seule au Jardin Botanique, normalement fermé l'après-midi. Le gardien m'a quand meme ouvert, il a du penser que j'étais une étudiante ( les serres servent aux étudiants en biologie). C'était un peu bizarre, toute seule dans le parc vide ! Le vent dans les feuilles, les plantes carnivores qui se retournent sur mon passage .. héhé


Via Foria vue du jardin