giovedì, novembre 16, 2006

i vigili del fuoco

Appel désespéré de Rebecca hier après-midi : "Marion viens m'aider je suis coincée devant la porte de l'appart ma clé ne marche plus !!" Nous sommes arrivés les uns après les autres, et quand nous nous sommes retrouvés tout les 6 assis devant notre porte toujours close, après avoir appellé Onofrio (le proprio) une bonne centaine de fois, Mariantina et Verity sont allées frapper chez les voisins. L'un d'entre eux a réussi à passer chez nous en grimpant de balcon en balcon, mais comme il ne réussissait pas non plus à ouvrir la porte de l'intérieur, il a appellé les pompiers ! Et en vrai bon italien, il leur a expliqué que nous avions un enfant en bas-age seul à l'intérieur et qu'il fallait arriver presto presto. Ben oui, "Sinon vous allez attendre des heures".

Mariantina (au tel), Rebecca et Verity (qui fouille dans son sac) ainsi que les pieds de Lucas, à droite. Nous avons passé 3 heures devant cette porte !

Lucas tristounet, Jette qui tente une dernière fois d'ouvrir et Rebecca qui commence à prendre son parti de la situation :D

Comme nous n'avons pas de bail, nous ne sommes pas censés vivre ici (En Italie un bail pour 6 personnes nécessite une licence de Motel - C'est pour ça qu'il n'y a pas mon nom dans mon adresse), du coup on est allés manger une pizza en attendant. (Il faudra que je parle de la pizzeria di Matteo, mais il parait que je parle trop souvent de nourriture ..)

Verity et Mariantina sont restées pour attendre les vigili del fuoco. Ceux-ci sont arrivés avec plusieurs véhicules, tout un tas de matériel, des sirènes dans tout les sens .. Tout l'immeuble, que dis-je, tout le quartier est bien entendu venu voir ce qui se passait. Une soixantaine de personnes dans la rue, autant dans l'immeuble, tout le monde aux fenetres .. La rumeur a enflé (une gamine m'a demandé encore ce matin si c'était vrai qu'il y avait eu un bébé mort), et les pompiers ont finalement fait preuve d'un courage hors du commun en défonçant notre porte !
Au milieu de tout ça, Verity et Mariantina, plus rouges encore que des pizzas, expliquant aux pompiers qu'il n'y avait pas de bébé enfermé mais que la porte s'était juste coincée !

Ceux qui me connaissant savent que j'ai tendance à raconter les histoires sur un mode un tout petit peu exagéré parfois hum. Oui oui mon père vient du sud et j'ai une grand-mère italienne, mais JE VOUS JURE que ceci n'est pas tiré d'un film burlesque et que je n'ai rien rajouté aux faits !!

Je vous explique pas la tete d'ONOFRIO quand on lui a raconté et quand il a compris qu'il n'y avait plus de porte d'entrée ! Heureusement Jette lui a servi un petit verre de vodka, le pauvre. Notre proprio est un mec d'une trentaine d'années, très sympa, un peu barge parfois. Un jour il a voulu installer une 2ème salle de bain dans notre cuisine et transférer celle-ci dans le salon, il a fallu déployer des trésors de persuasion pour lui faire comprendre qu'on en avait pas besoin et qu'on voulait pas de travaux chez nous ! Du coup pour se consoler il refait le salon en se moment ! Non là j'exagère :) c'est nous qui lui avons demandé, je regrette d'ailleurs de pas avoir pris de photo du papier peint le plus moche du monde.

Onofrio couvert de poussière

Tout ça pour dire qu'il a déplacé le canapé devant la porte d'entrée et s'est installé dessus pour la nuit. Il est impensable ici de dormir la porte ouverte, surtout après que tout l'immeuble ait vu que notre porte ne fermait plus. Cette nuit mon appart était assez folklorique : le salon en chantier, de la poussière partout, des débris de porte et Onofrio endormi sur le canapé dans l'entrée !

3 commenti:

Camille ha detto...

Tu devrais ecrire
un livre
"les aventures completement folles de marion en Italie"

Ginette ha detto...

Lol mdr! Ta soeur n'a pas tort. Intentaba imaginar la situation et je n'ai pas pu m'empêcher de rire!

marion ha detto...

oui je crois que j'ai une prédispositionpour les problèmes de ce genre, entre le burlesque et le vraiment casse-pied ...