martedì, gennaio 23, 2007

Andalousie (3) Alhambra


S'il faut voir une chose à Grenade, alors c'est l'Alhambra et ses palais nasrides. C'est d'ailleurs le monument le plus visité d'Espagne, hérité des arabes qui ont occupé le sud de l'Espagne du VIIIème au XVème siècle.


Il m'a fallu presque une journée pour tout voir. Entre les palais nasrides, les jardins du Generalife ( le palais d'été des sultans), le palais de Charles Quint posé comme un cheveu sur la soupe au beau milieu de la forteresse, on ne se lasse pas de contempler le quartier de l'Albaicin depuis les différents points de vue qu'offre l'Alhambra.

L'Albaicin et le quartier de Sacromonte


Le portique de la tour des dames

Ce petit veinard de Gaetano m'a raconté qu'il connaît un des guides de l'Alhambra et a pu, lors d'un séjour à Grenade, dormir dans l'une des salles des palais, celle au plafond en forme d'étoile (impossible à reproduire d'après le Guide du Routard). Théophile Gauthier l'avait déjà fait avant de partir à dos d'âne dans les sierras andalouses dans l'espoir de rencontrer l'un des légendaires bandits de la région. Théophile Gauthier, Gaetano, c'est presque un hôtel cette forteresse dites donc !

Le plafond en forme d'étoile

Les salles et les patios se succèdent, les murs sont recouverts de calligraphie arabe, de motifs géométriques, de décorations florales. Chaque plafond est sculpté, chaque salle a sa particularité architecturale. La cour des lions, censé représenter le paradis musulman, me rappelle un certain cloître du paradis, dans la cathédrale d'Amalfi. A chaque religion sa représentation du paradis. Musulmans, catholiques, croyez-moi, vous ne serez pas déçus ! Moi j'hésite encore pour savoir à quelle religion je me convertit :) Ce qui est curieux c'est que les architectes semblent voir le paradis comme pleins de colonnes ! Mais celui des catholiques est plus vert.


Moi j'ai été très impressionnée par le premier patio. D'un côté, la salle où le sultan reçevait ses visiteurs, au plafond d'ébène étoilé. Il était assis dos aux fenêtres et paraissait donc illuminé d'une lumière divine, à contre-jour, le visage dans la pénombre. De l'autre côté du patio, des fenêtres à jalousie, derrière lesquelles se tenait les femmes du roi, autres signes de son pouvoir. La cour en elle-même est presque entièrement occupée par un bassin où se reflète les palais. L'ensemble serait d'une géométrie parfaite sans le palais de Charles Quit que l'on aperçoit au loin. Maramé il aurait pas pu s'abstenir de construire son bâtiment mastoc celui-là ! Enfin le patio reste un endroit d'un calme rare, où l'on se sent serein comme dans un conte des milles et une nuits.


Le palais de Charles Quint, que décidément je n'aime pas, je ne lui pardonnerais pas d'avoir gâché mon patio ..


Les jardins du Generalife, sans doute bien plus beaux au printemps mais néanmoins très agréables puisque les gardiens m'ont laissé y faire la sieste au soleil.


Les bains sont en restauration, c'est dommage, je ne vous apprendrais pas la place qu'ils tenaient dans la culture arabe. Un petit aperçu tout de même :


Et au loin, la Sierra Nevada enneigée ...


1 commento:

Ginette ha detto...

Il n'y a pas à dire mais c'est quand même beau Grenade! ;-)