mercoledì, gennaio 31, 2007

Andalousie (4) Ronda


Nous avons pu profiter de la voiture de Maé pour nous balader un peu dans la région, et en particulier pour aller dans un village un peu particulier, Ronda, à environ 2h de route de Grenade. Un peu plus qu'un village, en fait, plutôt une petite ville dont la particularité est d'être construite en partie sur un piton rocheux qui domine toute la région.

L'une des curiosités du lieu est le pont reliant les 2 parties de Ronda surplombant un vertigineux ravin. Les franquistes avaient pour sympathique habitude de jeter leurs opposants au fond, pratique, n'est-ce pas ? L'architecte du pont aurait lui aussi péri de la sorte : en inspectant l'avancement des travaux il se serait penché un peu trop pour rattraper son chapeau qui s'envolait !

Cela dit Ronda est une petite ville typique de l'Andalousie, aux maisons blanchies à la chaux et aux balcons en fer forgé. L'endroit est paraît-il assez touristique, nous avons en effet croisé un certain nombre d'étrangers, mais nous avons aussi logé dans une petite pension à des prix imbattables (20 euros la chambre double).


Nous reprenons la route le lendemain après avoir acheté de quoi pique-niquer au Mercadonna du coin. Là encore, nous traversons des paysages magnifiques, où les cols désertiques succèdent aux grandes plantations d'oliviers avec des petits villages blancs plantés au milieu. Après une pause à un point de vue dominé par une grande statue d'un garde forestier (j'ignorais que le personnage du garde forestier était une idole locale ?! :), nous traversons El Burgo, théâtre de nos aventures indépendantistes.


On se rend compte de ce que doit être la chaleur estivale, écrasante, meurtrière, en voyant la végétation profiter de ce doux mois de janvier pour fleurir et bourgeonner. Hé oui ! C'est le printemps !

Mais y a -t-il seulement eu un hiver ? Peut-être n'est-il pas encore tombé ? Alors tous ces bourgeons vont mourir ? Nous débattons tandis que Maé se concentre sur les virages, s'arrête demander notre chemin à une vieille femme ravie de nous aider ou s'étonne sur la couleur de la terre rouge. Le soleil tape à travers les vitres, nous pourrions continuer ainsi encore pendant des jours !
Mais il est temps de rentrer à Grenade. Encore un accident sur la route, encore des bouchons. Pas de panique ! Cette fois j'ai mon ordinateur avec des épisodes de Friends héhé :)

Nessun commento: