mercoledì, agosto 15, 2007

Capri

Capri depuis la côte (la photo n'est pas de moi)


Capriii .. C'est finiiii .. ahah oui facile ..

Et voilà .. la dernière île des 3 .. J'avoue que je n'étais pas très motivée par celle-ci, j'avais eu beaucoup eu d'échos négatifs.
En effet Capri possède une double réputation : c'est d'abord le célèbre repère de la Jet-Set couvert de somptueuses villas et de boutiques de luxe. Ici pas d'allemands en quête de cures thermales ni de français habillés Décathlon avec la tente sur le dos ! La renommée internationale de Capri attire beaucoup de monde, en tout cas ceux que ne rebutent pas les prix prohibitifs pratiqués sur l'île, et ce depuis longtemps. Les empereurs romains venaient déjà se reposer ici, et depuis un nombre incalculable d'artistes, de rois, de stars sont passés par là. Capri est une île mythique !

D'où mon hésitation : je m'attendais à un gros rocher pourri par les hôtels et les discothèques. C'est tout le contraire que j'ai découvert quand nous nous sommes enfin décidés à y aller. Les 2 bourgs, Capri et Anacapri, ne présentent pas beaucoup d'intérêt à mes yeux : de petites maisons blanches méditerranéennes, quelques pins, beaucoup de commerces. C'est mignon certes mais très artificiel.
Nous décidons de monter sur le Monte Solaro, le mont qui partage l'île en 2. Dan est enthousiasmé : c'est una seggiovia, autrement dit un télésiège une place qui nous emmène au sommet !


Et là-haut le spectacle nous coupe le souffle : nous surplombons toute l'île recouverte par une brume de chaleur. Elle est toute verte, entièrement recouverte par la végétation. La côte, l'extrémité de la baie de Naples (la punta della campanella), n'est qu'à quelques kilomètres, et de l'autre côté Ischia à demi cachée par la brume. En dessous de nous, les calanques : de hautes falaises escarpées qui interdisent l'accès à la mer. En réalité les criques de Capri ne sont pour la plupart accessibles qu'en bateau, et donc interdites à nous pauvres mortels. En fait le nombre de bateau est impressionnant : il y en a de toutes les tailles partout autour de l'île. Mais d'ici c'est sublime !!

Au fond, la côte



Les célèbres rochers, i faraglioni




Vue de haut ..

Notre carte (et nos informateurs napolitains ! merci Giovanna !) indique qu'un sentier part du sommet et rejoint l'extrémité du rocher en passant par la crête. Nous finissons par le trouver : visiblement il n'est pas emprunté souvent. La balade au dessus de la mer et au milieu des pins et des genêts est superbe (quoiqu'un peu longue ..).

Dan au bord de la falaise

Nous pique-niquons dans un cadre paradisiaque et complètement désert : les touristes de Capri ne sont apparemment pas du genre à partir en randonnée, même pour 2h. Tant pis pour eux et tant mieux pour nous ! Nous avons ainsi réussi à nous éloigner des sentiers battus et à découvrir ce qui pour moi est la plus belle île du golfe. Capri n'a pas usurpé sa réputation ! C'est un lieu d'une beauté rare d'où nous repartirons émerveillés. Cette balade nous en a mis plein les yeux !

Pause pique-nique .. Il fait TRES chaud



Une fois redescendus à Anacapri, nous prenons le célèbre escalier qui redescend au port, désert lui aussi, alors que les bus sont pleins à craquer. Nous avons encore une fois la preuve que les italiens ne marchent jamais .. Un petit saut dans l'eau avant de reprendre le bateau, épuisés ..

Le port et sa plage



à voir : Le Mépris de Jean-luc Godard, avec Brigitte Bardot (1963)
un conseil : allez voir sur Google Earth, je redécouvre ce fantastique logiciel

1 commento:

camille ha detto...

Joli bob !